Une méthodologie adaptée aux secteurs publics et privés

Cliché : Lukas blazek

La question de l’échantillonnage

L’objectif de la plupart des enquêtes quantitatives concernant des pratiques tâchent de maîtriser l’échantillon pour qu’il soit le plus représentatif de la population concernée par l’enquête. Pour SOSP-FR, contrairement à beaucoup des enquêtes que nous avons pu consulter, nous avons pour objectif d’obtenir un échantillon de répondants le plus proche possible, sur certains critères, de la « population mère »[1]. Dans notre cas, cette dernière correspond à l’ensemble des chercheurs exerçant en France quel que soit le domaine d’activité et la discipline scientifique mise en œuvre. C’est une condition importante pour pouvoir développer une analyse qui puisse être représentative non seulement des répondants mais également de l’ensemble de ceux qui aurait pu répondre à cette enquête.

Cet objectif est complexe à mettre en œuvre mais surtout à atteindre ; il dépend considérablement des moyens de diffusion du questionnaire mais également de la capacité de l’équipe porteuse de l’enquête à transmettre la demande d’enquête dans des réseaux et des territoires différents.

Le mode de passation

La question du mode de passation et des taux de réponses est également un enjeu pour la représentativité des résultats. Dans les enquêtes consultées, le taux de réponses est très variable selon les enquêtes mais également selon les questions au sein même d’une même enquête. De plus, des thématiques semblent plus mobilisatrices que d’autres. C’est particulièrement le cas pour l’étude 101 innovations où certaines questions ont eu des taux de réponses extrêmement faible, notamment celle concernant les outils spécifiques à chacun des pays (10 % des répondants de l’enquête, un peu moins d’un répondant français sur deux). Dans ces conditions, il est très difficile de tirer des conclusions sans qu’elles soient discutables. C’est la raison pour laquelle nous avons tenu à ce que le répondant se positionne sur l’ensemble des questions posées, afin d’éviter des taux de réponse trop divergents, rendant par exemple quasi impossible une analysée croisant plusieurs variables, et contraignant à exposer des résultats uniquement descriptifs.

Le mode de passation revêt, plus d’enjeux qu’il n’y parait. Car ce mode peut influer sur la volonté du répondant à aller au bout de l’enquête tout autant que celle d’y répondre de manière exhaustive. D’une manière générale, les enquêtes consultées ont surtout privilégié le nombre de répondants comme gage de scientificité, alors que, s’il s’agit d’un élément important il ne peut être le seul. Ainsi, la diversification des modes de passations est sans doute aussi déterminante afin de toucher des profils de répondant qui soient le large sur le spectre de la recherche.

Le questionnaire

Concernant la forme, au-delà de la formulation des questions, élément qui est toujours délicat à construire et qui doit donner lieu à une réflexion collective. Nous avons déterminé plusieurs thématiques qui suivent globalement l’ordre chronologique de la démarche de recherche.


[1] Celle-ci regroupent environ 238000 personnes en France, 72000 pour le secteur public (en 2016) et 166000 pour le secteur privé (en 2015).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.